Bientôt propriétaire? Voici quelques astuces pour assurer l’essentiel


19 février 2018 Facebook Twitter LinkedIn Google+ maison



Il arrive que les futurs propriétaires aient besoin de plus de fonds pour l’acquisition de leur bien immobilier. Dans la majorité des cas, la souscription d’un contrat de crédit est la meilleure solution. 

Toutefois, il est important de s’assurer que le remboursement s’effectue dans les règles. C’est pour cette raison que les établissements demandent aussi aux emprunteurs de contracter une assurance de prêt. Cette couverture est un gage de solvabilité en cas de problème.

Se prémunir des cas de défaillance de remboursement

L’assurance emprunteur a pour objectif de protéger les assurés en couvrant les éventuels risques de non-paiement suite à un décès, une invalidité ou une incapacité. C’est d’ailleurs en tenant compte de tous ces cas de figure que les assureurs vont mettre en place la couverture qui correspond au profil du souscripteur.

Ainsi, s’il arrive que le bénéficiaire du crédit présente une défaillance, c’est la compagnie qui prendra le relais en complétant la somme ou en s’acquittant d’une partie. Ce système préservera l’assuré et sa famille. Du côté des établissements financiers, la protection évitera les cas de litiges et viendra compléter certaines conditions comme la caution ou l’hypothèque.

Choisir une formule d’assurance-crédit adaptée à ses besoins

Même si les banques peuvent proposer une assurance de prêt immobilier à leur client, ce dernier a le droit de choisir sa formule de couverture et l’établissement selon la loi Lagarde (délégation d’assurance). Cette règle permet aux futurs assurés de faire jouer la concurrence en confrontant les différentes offres proposées via les comparateurs en ligne.

L’emprunteur aura le choix entre un contrat de groupe et une assurance individuelle. La seconde option est la plus conseillée puisqu’elle affiche actuellement le meilleur rapport qualité-prix. Par ailleurs, la couverture sera personnalisable. Ce qui procure une meilleure marge de manœuvre quant aux choix des garanties. D’autres critères comme la franchise, le délai de carence et les exclusions seront quand même à vérifier pour plus de sûreté.