Pratique : la norme RT2012


6 octobre 2017 Facebook Twitter LinkedIn Google+ Actualités



La norme RT2012 est l’un des dispositifs proposés dans le cadre du Grenelle de l’environnement (loi devant entraîner une mutation de la vision écologique au sein de l’hexagone). Voici ce qu’il faut savoir sur cette réglementation thermique applicable depuis 2012, et ce, sur n’importe quel type de bâtiment.

Objectifs de la norme RT2012

L’article 4 de la loi Grenelle 1 définit les objectifs et les principes de la norme RT2012. Son principal but est de limiter la consommation moyenne en énergie primaire des logements neufs à 50 kWhEP/m2/an maximum. 

Un autre objectif de cette réglementation thermique est de favoriser l’évolution technologique et industrielle de toutes les filières. 

La norme devrait participer à l’augmentation de la qualité énergétique des bâtiments et à l’équilibre technique comme économique des énergies auxquelles nous avons recours pour, par exemple, se chauffer, et pour produire l’eau chaude sanitaire.

RT2012 : Champ d’application 

La RT2012 s’applique aux bureaux, aux écoles, aux établissements d’accueil de la petite enfance et autres bâtiments du secteur tertiaire ayant effectué le dépôt d’un permis de construire après le 28 octobre 2011. 

Elle est aussi applicable pour les logements construits en zone ANRU et les bâtiments neufs dont le permis a été déposé à compter du 1er janvier 2013.

Une exigence de résultats

Pour respecter la réglementation thermique 2012, il faut se soumettre à 3 « exigences » de résultats. 

  1. La première concerne l’efficacité énergétique minimale du bâtiment déterminé par le coefficient Bbiomax. Elle oblige à limiter les besoins en énergie du bâtiment et à optimiser les dispositifs énergétiques en place. 
  2. La seconde exigence porte sur la consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire définie par le Cepmax. Ce dernier est un coefficient qui a pour valeur maximale 50 kWh/m²/an. Une valeur modulable pouvant varier en fonction de plusieurs facteurs comme la situation géographique du logement, son mode d’utilisation, la surface du bâtiment et la quantité de gaz à effet de serre émis.
  3. La dernière exigence de la RT2012 concerne le « confort d’été ». Il est impératif qu’un bâtiment ne dépasse pas le seuil de température la plus chaude pendant cinq journées.
Commentaires