Redécouvrez Deauville à travers ces 5 anecdotes


1 août 2022 Facebook Twitter LinkedIn Google+ Vacances



Passée de petit village pittoresque à station balnéaire culte prisée de toute la jet set, Deauville aurait pu rester cette petite ville de bord de mer discrète si le duc de Morny ne l’avait pas découverte. Convaincu de son potentiel, l’homme y fait développer la construction de villas, d’un hippodrome et de bains thérapeutiques. Avec l’arrivée du casino en 1912, Deauville prend un véritable essor. À travers ces 5 anecdotes sur la cité normande, découvrez ou redécouvrez quelques histoires célèbres qui ont participé au succès de Deauville.

1. Deauville est la source du film « Un homme et une femme »

On dit souvent que c’est le film qui a contribué à rendre la station balnéaire célèbre. Mais la vérité, c’est que c’est grâce à cette petite ville de bord de mer que Claude Lelouch a trouvé le sujet de son long-métrage. En 1965, le réalisateur profite d’une escapade sur la plage normande. Il voit au loin une femme accompagnée d’un enfant. Son imagination s’emballe, le décor lui plait, Lelouch réquisitionne Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée pour interpréter ce couple iconique qui va décrocher la palme d’Or à Cannes.

A découvrir également : Réservez votre hébergement pour passer des vacances de rêve dans le Morbihan

Depuis, Deauville a servi de paysage à de nombreux autres tournages comme celui de « Je suis timide, mais je me soigne », du « Baron de l’écluse », de « Assassins et voleurs » ou de « Nous irons à Deauville ».

2. Jacques Mesrine y a dérobé plus de 135 000 francs

Faut-il présenter l’un des criminels les plus connus de France ? Cet ennemi numéro des années 70 a réussi la prouesse de voler 136 774 francs au casino de Deauville, en 1978, en compagnie de François Besse. Bien que les billets soient piégés et que la police retrouve très vite la trace des deux brigands, Jacques Mesrine et son compagnon parviennent à fuir jusqu’à Paris, où ils dépensent probablement une bonne partie de leur butin.

A lire en complément : La station d’hiver à Morillon pour d’agréables vacances à la montagne

3. En 1985, James Bond débarque à Deauville en hélicoptère

Le festival du cinéma de Deauville est réputé pour ses anecdotes, et mériterait à lui seul tout un article. On pense notamment au film Polyester, présenté en odorama, qui permettait au spectateur de sentir des odeurs aussi délicates que la colle, la pizza ou les excréments, ou à l’astronaute Buzz Aldrin qui a foulé la plage de l’épique station balnéaire.

En 1985, c’est l’acteur Roger Moore, qui campe alors James Bond, qui s’invite à Deauville d’une façon originale. L’hélicoptère qui le transporte jusqu’au festival porte l’inscription « 007 dangereusement vôtre », titre du film présenté.

4. Coco Chanel a puisé son inspiration à Deauville

C’est en 1913 que la jeune modiste ouvre l’une de ses boutiques à Deauville, à l’endroit de l’actuelle villa Homme. On raconte que Coco Chanel aurait trouvé plusieurs inspirations au cœur de la cité balnéaire. Ainsi, les tapis de selles des chevaux de course auraient conduit à la création des sacs matelassés. La couleur du sable mouillé aurait quant à elle inspiré le célèbre beige Chanel.

Aujourd’hui encore, Deauville reste une ville prisée de tous les grands acteurs de la haute-couture et de la joaillerie. Si vous flânez rue Eugène Colas, vous trouverez par exemple une bijouterie à Deauville de la maison Arthus-Bertrand, notamment réputée pour ses médailles précieuses et ses bijoux raffinés qui marient tradition et modernité.

5. Deauville et Trouville, voisines et concurrentes

Décennies après décennie, les deux cités voisines ont dû rivaliser d’inventivité afin d’attirer les touristes. Trouville, la première à disposer de son casino, est vite rattrapée par Deauville, qui mise beaucoup sur la culture. Trouville choisit alors de s’orienter vers une clientèle en quête d’authenticité, et valorise son petit port de pêche, son étal à poissons frais. Aujourd’hui encore, une certaine rivalité agite ces deux petites villes pleines de charme, qui disposent chacune de leur ambiance unique.